البرنامج الوطني لمحارية التصحرle PAN-LCD



Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification: le PAN-LCD



http://www.eauxetforets.gov.ma/files/editor_upload/file/upload_pdf/userfiles/image/PDFs/Desertification/PANLCD_2001.pdf

Nouvelle stratégie adoptée : le PAN-LCD




A l’issue du sommet de Rio et sur insistance des pays en développement, une commission de négociation au sujet d’une convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification avait travaillé pendant 2 ans pour élaborer le projet de convention adoptée en 1994. 


Le Maroc a adhéré à cette convention la même année et l’a ratifiée en 1996. Pour les obligations des parties à la Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification notamment les pays touchés, l’accent a été mis sur la priorité à donner à la lutte contre la désertification en y affectant des ressources suffisantes, d’attaquer les causes profondes de la désertification avec attention particulière aux facteurs socio-économiques et d’entreprendre les réformes nécessaires dans le cadre de nouvelles politiques à long terme et de nouveaux programmes d’action. Pour honorer ses engagements vis à vis de la communauté internationale d’une part, et constatant que les approches suivies pour atténuer la dégradation des ressources naturelles ont montré leurs limites d’autre part, notre pays a été incité à adopter un Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification (PAN-LCD) en juin 2001 et à renforcer les efforts et la mobilisation des moyens pour la lutte contre la désertification tout en intégrant les stratégies d’éradication de la pauvreté dans les efforts de lutte contre la désertification.

Principes

L’option retenue par le PAN-LCD est de privilégier les mesures susceptibles de compléter les programmes sectoriels existants, de catalyser leur mise en œuvre et de promouvoir une véritable dynamique de développement rural basée sur l’intégration, la territorialisation, le partenariat et l’approche participative.

Actions préconisées

Le PAN-LCD est conçu dans la perspective de promouvoir une solide articulation et une synergie entre les programmes sectoriels à travers des actions impulsées en amont ou en aval dans les domaines suivants:
- Appui et accompagnement du processus de LCD;
- Appui aux initiatives génératrices des revenus;
- Actions de LCD et d’atténuation des effets de la sécheresse;
- Renforcement des connaissances et des systèmes d’observations.
Le premier groupe d’actions vise essentiellement le renforcement de l’environnement politique, législatif et institutionnel ainsi que des capacités des acteurs.
Le deuxième groupe d’actions a trait à l’expérimentation de nouveaux modèles de développement participatif et le développement de micro crédit pour le financement de l’investissement local.
Le troisième groupe d’actions comprend, entre autres, le développement intégré de zones forestières et péri forestières pilotes, la création des forêts villageoises et des rideaux de brise- vents ainsi que la promotion de la collecte des eaux pluviales et des énergies renouvelables.
Enfin, le quatrième groupe d’actions est orienté vers l’inventaire des ressources naturelles, le renforcement du réseau de surveillance écologique, la mise en place d’un observatoire de la sécheresse et le suivi - évaluation d’impacts des programmes.


Etat de mise en œuvre du PAN-LCD

Sur le plan institutionnel

Le HCEFLCD, de rang département ministériel, est chargé entre autre de coordonner la politique gouvernementale en matière de lutte contre la désertification. La Direction de la Lutte Contre la Désertification et de la Protection de la Nature relevant de ce Haut Commissariat est chargée de la mise en œuvre de l’UNCCD (Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification) au niveau national et le suivi de l’exécution du PAN-LCD et assure le Secrétariat permanent du comité de pilotage du PAN et de l’Organe National de Coordination.

Au niveau du partenariat

En ce qui concerne la concertation avec les partenaires au développement, elle a abouti à la désignation de deux chefs de file à savoir le PNUD pour les partenaires multilatéraux et l’Allemagne pour les bilatéraux. Leur mission serait d’appuyer le Maroc dans la recherche et la mobilisation des appuis (notamment financiers) pour la mise en œuvre du PAN.


Le PNUD apporte également son appui à la lutte contre la désertification dans le cadre du Programme d’Appui à la Lutte contre la Pauvreté Rurale, la Désertification et les Effets de la Sécheresse (PAL-PDS), dont l’objectif principal est l’opérationnalisation des principes de la Stratégie 2020 de Développement Rural. Le coût total du programme est de 3.310.000 dollars dont 2.625.000 dollars à la charge de la partie nationale, supportée par l’ADS, l’ADPN, le MADRPM et le HCEFLCD.


La République Fédérale d’Allemagne apporte son appui pour la mise en œuvre du Projet d’appui à la mise en œuvre du PAN-LCD sur une période de six ans (2003-2008) pour le Renforcement des mécanismes de coordination aux différents niveaux pour la mise en œuvre du PAN et l’opérationnalisation des principes de participation, d’intégration et de partenariat au niveau d’une région pilote (SMD).


Le Mécanisme Mondial de la CCD a apporté son soutien pour l’identification de portefeuille de projets prioritaire (validé en septembre 2004) qui a été présenté aux partenaires au développement pour des engagements éventuels. Certains projets prioritaires ont déjà été financés et d’autres sont en cours de discussion. Ces projets ont été affinés sur une base thématique et spatiale et ont été présentés en 2007 lors d’un atelier de renforcement de partenariat pour la mise en œuvre du PAN-LCD.


L’union Européenne appui le Maroc à travers l’Observatoire du Sahara et du Sahel dans le cadre d’un projet de suivi environnemental et d’alerte précoce de la sécheresse (projet régional).


Le FIDA-ONUDI et le FEM soutiennent le Maroc à travers le projet de lutte contre la désertification dans les écosystèmes arides et semi-arides dans les hauts plateaux de l’oriental. D’autres projets en rapport avec la lutte contre la désertification et les effets de la sécheresse sont menés avec l’appui de la coopération technique.


En matière de circulation de l’information

En ce qui concerne la circulation d’information et le suivi de la désertification (www.scid.ma) ainsi que les outils de suivi-évaluation du PAN, des impacts des projets sur les ressources naturelles et d’observation touchant aux différents écosystèmes sont initiés avec l’appui de l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS). Cette institution porte un appui également à la définition des indicateurs de suivi de la désertification et de mise en œuvre du PAN.
Sur un autre plan, le Maroc dispose de trois sites labellisés dans le cadre de projet ROSELT, qui pourraient servir pour le test d’indicateurs de suivi évaluation de la désertification et de l’impact des projets de la lutte contre la désertification.


Implication de la société civilea

Dans le cadre du renforcement de l’implication de la société civile marocaine dans la mise en œuvre du Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification, un relais RIOD a été constitué avec désignation de l’association ENDA- Maghreb comme point focal de ce réseau. Celui-ci a engagé un processus de réflexion avec l’appui du mécanisme mondial sur les formes de contribution et le rôle des ONG dans le domaine de la lutte contre la désertification.
A cet effet, deux ateliers régionaux (Figuig - Marrakech) et un atelier national (Rabat) ont été organisé pour:

Partager avec les associations, les objectifs et les composantes du PAN-LCD élaboré dans le cadre de la CCD
Mieux comprendre les problématiques environnementales rencontrées au niveau des zones arides et semi-arides notamment la problématique de la désertification

Stimuler l’échange autour des solutions à mettre en place

Susciter la réflexion des associations quant au rôle qu’elles pourraient jouer en matière de LCD et les engager dans l’identification d’idées de projets


Priorités du PAN

Enfin, le Maroc a engagé une réflexion avec l’appui du mécanisme mondial pour identifier les thématiques et les zones prioritaires ainsi que les projets prioritaires à mettre en œuvre dans le cadre du PAN, d’une part et les moyens et mécanismes de financement à mobiliser pour la LCD d’autre part. Trois consultations sont lancées dans ce sens.

Financement des actions du PAN

Sur le plan de visibilité financière, le nécessaire a été fait pour inscrire le PAN parmi les priorités du futur Plan de Développement Economique et Social. Par ailleurs, la mise en œuvre du PAN sera inscrite dans l’ordre de jour du programme de travail de la Commission Ministérielle chargée du développement rural.
Par ailleurs, des mesures sont en cours d’instauration pour l’accroissement de financements en faveur des actions de lutte contre la désertification. Parmi ces mesures, la réflexion qui est en cours sur l’alimentation du Fonds de Développement Rural par des ressources additionnelles et les modalités de leur mobilisation mérite d’être signalée.


Perspectives d'avenir

- Pour une mobilisation et une gestion adéquate des ressources financières

Le développement d’approches nouvelles et novatrices pour mobiliser et acheminer les ressources nécessaires au financement des activités de lutte contre la désertification doit s’appuyer sur des mécanismes qui associent la question des ressources financières à celles de la participation. Dans un premier temps et en attendant la mise en place d’un mécanisme de financement spécifique adapté, le support budgétaire des opérations financées par l’Etat, devra être assuré par le Fonds de Développement Rural (FDR).


L’insertion du PAN dans le plan de développement économique et social, selon une morasse budgétaire précisant les composantes relevant de chaque département et partenaire, concernés devra être prise en considération.


- Asseoir un système de suivi-évaluation du PAN

Le suivi de l’impact des actions du PAN sur l’état des ressources naturelles doit être assuré en permanence pour alimenter, en données, le tableau de bord qui fournit des éléments objectifs permettant de décider, en connaissance de cause et en temps utile, des modifications et des amendements à apporter au programme.

Conclusion

Les préalables à la mise en œuvre du PAN-LCD consistent à lui assurer un ancrage institutionnel approprié aussi bien au niveau central qu’aux niveaux régional et local, à procéder à la mobilisation de ressources financières adéquates et à renforcer le système de suivi et évaluation encours de mise en place. Enfin, la réussite du PAN-LCD dans sa double dimension d’engagement politique et d’outil de planification d’actions concrètes novatrices sur les plans des interventions et des modalités de mise en œuvre, nécessitera la mobilisation de toutes les énergies disponibles.




Programme d'Action National de la Lutte Contre la Désertification

ليست هناك تعليقات:

جميع الحقوق محفوظة 2013 | أعلن معنا | يوسف ادعبد االله | خريطة الموقع | سياسة الخصوصية